Magasins d'usine et de déstockage : un nouveau projet dans l'Eure


Revue de Presse


Calvados
Un nouveau village des marques dans l'Eure ?

Le projet d'un autre village commercial fait son chemin. Il pourrait s'installer à Boulleville (Eure),à seulement 15 km de celui de Honfleur. Les élus ont rencontré le promoteur.
Hasard ou pas, alors que le projet des « Collines de Honfleur » semble bien avancé, un autre projet de magasins de vêtements déstockés, « Le Haras des marques », navigue, actuellement, dans l'Eure, à 15 km à peine de Honfleur.
Il y a quelques semaines, le conseil municipal d'Épaignes avait décidé de rejeter la demande de complexe commercial sur ses terres, créant du coup quelques tensions au sein de la communauté de communes de Cormeilles. Le ministre de la Défense et maire d'Épaignes, Hervé Morin, avait réagi :
« Le projet n'est pas enterré puisque j'ai dirigé les promoteurs vers Saint-Maclou et Boulleville. »

A 13 contre A 29
Yves Bouloché, le maire et président de la communauté de communes (CDC) de Beuzeville, avec à ses côtés Michel Lecerf, maire de Boulleville ; Jean-Marc Leprévost, vice-président de la CDC chargé du développement économique et Hervé Morin, ont reçu le promoteur de cette opération, Félix Séroussi, de la CCPS (Compagnie de construction et promotion de la Seine).
« Une première prise de contact qui s'est bien passée, avec la possibilité de donner jour au projet sur un terrain situé sur la commune de Boulleville. Il appartient à des particuliers, sur une zone de 9,6 ha à usage commercial », explique Yves Bouloché, le maire de Saint-Maclou.
Il pourrait accueillir une centaine de commerces et créer 300 à 350 emplois.
« Mais il faudra d'abord que les protagonistes signent un compromis, poursuit Yves Bouloché. Un calendrier des travaux va être établi dans les semaines à venir. Les perspectives sont intéressantes, avec des retombées économiques non négligeables. »
Un optimisme teinté de prudence, mais partagé par Michel Lecerf, le maire de Boulleville :
« Le conseil municipal est évidemment favorable. Nous avons besoin d'une zone active. Cette prise de contact a été prometteuse. Il faut maintenant que le promoteur se mette d'accord sur le tarif avec les vendeurs, avant d'aller plus loin. »
Quant à Félix Seroussi, il a récemment déclaré que, dans un premier temps, son projet avait été tourné vers le Calvados avant de s'orienter vers l'Eure et plus particulièrement Boulleville.
« Le point névralgique, c'est l'A13 », qui, selon lui, rassemble bien plus d'atouts au niveau géomarketing que l'A29.
Du côté du Calvados et des opposants au concept de village des marques, la surprise est de taille. Les réactions sont rares pour l'instant. Chacun attend de voir la crédibilité du projet. « C'est ridicule, déclare, cependant, Blandine Quersin, présidente de l'Union des commerçants de Honfleur.
On pense tous à une plaisanterie. S'il s'agit d'une compétition d'ordre politique, elle est illogique. La zone de chalandise d'un village des marques est de 200 km. Comment peuvent exister deux projets similaires si proches ? »





Revue de Presse - Mardi 7 avril 2009
Article paru sur le site Ouest France




labels : marques avenue, marque avenue, centre de marques, destockage, déstockage, magasin usine, village de marques, magasins d’usine, magasins usine, honfleur, collines, haras, marques, boulleville, eure

A propos de magasins-usine.net