Village des marques : un putch du maire Montpellier ?


Revue de Presse


Un putsch d'Hélène Mandroux ?


Comment le maire de Montpellier peut techniquement empêcher Georges Frêche, le président de l’agglo, d’implanter un village de marques sur le territoire de l’agglomération.
Donc si on a bien suivi, Georges Frêche est pour le village de marques et Héléne Mandroux contre. Et le président de l’agglo dit au maire de Montpellier qu’il l’aime bien, mais quand même : Si Marques Avenue ne s’implante pas à Montpellier, il s’implantera dans son Agglomération. Cette déclaration ne choque peut-être personne parce qu’on oublie de préciser à quelle ville est rattachée l’agglo que préside Georges Frêche. Eh oui ! Il s’agit de l’agglo de Montpellier. Conséquence : la moitié des conseillers d’agglo sont issus de la majorité municipale. Les mêmes qui ont élu comme maire, Hélène Mandroux et comme président de l’agglo, Georges Frêche. La question qui se pose maintenant c’est qui va suivre qui ? Ou encore : où en est-on dans le rapport de force entre les pro-Mandroux et les pro-Frêche au conseil municipal ? Faut-il compter les Verts comme des pro-Mandroux ?
Crime de lèse majesté
Supposons qu’Hélène Mandroux ait une majorité de conseillers municipaux qui lui soient favorables. Celle-ci peut très bien faire voter en conseil municipal un changement des conseillers d’agglo, disposer ainsi - moyennant un ralliement d’une autre ville - de la majorité au conseil d’agglo et s’en faire élire présidente. Et enfin faire en sorte que le village de marques ne puisse pas s’implanter dans l’agglo de Montpellier. …évidemment il faut que le maire soit sûr de son coup. C’est-à-dire avoir répertorié précisément quels conseillers la soutiendraient pour mener ce qu il faut bien appeler un putsch. Le village de marques est-il un prétexte suffisant pour ce crime de lèse majesté ? Est-ce le bon timing ? Politique fiction ? L’avenir le dira. Une version plus douce pourrait être que certains conseillers montpelliérains votent contre les délibérations qui seront soumises au conseil d’agglo concernant ce projet. Et au premier rang desquels, Hélène Mandroux.
Restent les déclarations de Georges Frêche sur sa vision politique du dossier qui, elles, ne sont pas de la fiction : Hélène Mandroux je l’aime beaucoup et je ne ferai rien contre elle. Donc je les laisse réfléchir. Elle me dit : J’ai signé un accord. Oh ! Ça n’existe pas des accords. Le commerce est libre depuis le XIe siècle dans ce pays. Je ne vais pas me faire encadrer par des accords avec tartempion ou tartemuche. D’ailleurs je donne un bon conseil à Hélène : On est élu par les consommateurs pas par les médecins, pas par les commerçants. Les commerçants il y en a 25 % qui votent à gauche et 75 % qui votent à droite. Donc si elle croit qu’elle va être réélue par les commerçants du centre ville, elle se fait, une fois de plus, de douces illusions. Par contre les clients du magasin des marques, eux, ils votent pour vous mon ami.

Jacques-Olivier Teyssier




Revue de Presse - Vendredi 3 avril 2009
Article paru sur le site Montpellier Journal


Consulter la revue de presse spéciale Marques Avenue Montpellier


labels : montpellier, odysseum, marques avenue, marque avenue, centre de marques, destockage, déstockage, magasin usine, village de marques, magasins d’usine, magasins usine, concept et distribution, alain salzman, cdec, cdac

marques partenaires de Marques Avenue : Sandro, Bel Air, Princesse Tam Tam, IKKS, tara Jarmon, Hugo Boss, Carven, Cafe Coton, Jerem, Le Temps des cerises, Levi's, Teddy Smith, School Rag, Adidas, Nike, Puma, Le Coq Sportif, Reebok, Petit Bateau, Marèse, Jacadi, Catimini, Weston, Emling, Clarks, Manfield, Lancel, Delsey, Le Tanneur, Sequoïa, Seb, Tefal, Calor, Moulinex, Rowenta, Krups…

A propos de magasins-usine.net