Alain Salzman : "Un projet ça peut se discuter !"

Revue de Presse

PROJET D’UN CENTRE MARQUES AVENUE À LEVERNOIS
Alain Salzman : "Un projet ça peut se discuter !"

Rencontre avec Alain Salzman, promoteur du projet Marques Avenue envisagé près de Beaune. L’homme avoue sa perplexité devant l’hostilité du maire de cette ville.
TOUT bon commerçant sait cela : l’important, c’est d’abord la vitrine.
En commerçant avisé, Alain Salzman, P-DG du groupe Concepts&Distribution, à l’origine du projet d’installation d’un centre de magasins d’usines Marques Avenue à Levernois, près de Beaune, nous a donc fixé rendez-vous dans la Drôme, à Romans-sur-Isère.
La capitale de la chaussure de luxe accueille en son sein un centreMarques Avenue depuis près de dix ans. Un centre à la rentabilité décrite comme « excellente », et donc, une bonne vitrine permettant de revenir sur le projet beaunois. Car si le centre de Romans (voir ci-dessous) peut être considéré comme une réussite économique, sa gestation illustre aussi le travail qui a été mené conjointement par le P-DG de Concepts&Distribution et les élus locaux, au premier rang desquels on trouve Henry Bertholet, maire PS de cette cité de 35 000 habitants depuis 1990.
« N’importe quoi dans des hangars » Un travail, ou du moins un dialogue qui, pour l’instant, manquent cruellement du côté de Beaune, aux yeux d’Alain Salzman. « C’est la première fois, remarque-t-il, que je suis confronté à un refus alors que je propose un rendez-vous afin de présenter le projet en détail.
Je ne comprends pas pourquoi.
Peut-être que, de bonne foi, M. Suguenot a pensé que nous vendions n’importe quoi dans des hangars ! D’une manière générale, à chaque fois que nous avons proposé un projet de ce type, nous avons généré des réactions négatives et épidermiques dans le milieu des commerçants locaux, mais, à l’inverse, les élus ont toujours eu une écoute favorable. A Beaune, non. » Alain Salzman regrette de devoir attendre la tenue de la Commission départementale d’aménagement commercial (CDAC) prévue pour le 10 mars pour pouvoir présenter son projet aux élus locaux : « Cette séance de travail, poursuit- il, nous aurions dû l’avoir bien avant. Il aurait déjà fallu qu’un dialogue s’instaure avec M. Suguenot, que l’on puisse travailler ensemble, quitte à repousser la CDAC. Je n’ai pas la volonté de passer en force : travaillons ensemble à un projet consensuel. » Pour cela, il faudrait déjà se rencontrer. Ce fut le cas, en 1992, au moment où Alain Salzman a contacté Henry Bertholet afin d’évoquer le projet d’implantation d’un centre Marques Avenue à Romans.
Lorsqu’ils en parlent aujourd’hui, c’est presque avec des mots d’anciens combattants.
Il faut dire qu’ici aussi, la perspective de l’arrivée de Marques Avenue a d’abord déclenché une furieuse offensive du commerce local.
« Malin et exigeant » « Voilà de gros soucis en perspective » : telle fut la première réaction d’Henry Bertholet, qui voyait déjà les bataillons de l’opposition municipale monter à l’assaut, la fleur au fusil. « Dans ce contexte, souligne Alain Salzman, M. Bertholet a été malin et exigeant. Il a posé ses conditions : que le centre soit en ville et non en périphérie, qu’il soit fait appel à un architecte de renom pour le concevoir, et qu’aucun magasin d’usines de chausseur local (Charles Jourdan, Kelian) ne soit présent dans le centre, afin de ne pas concurrencer leurs boutiques du centre-ville. Il voulait également limiter la restauration dans le centre afin de créer du trafic vers les établissements situés en ville. » Le maire de Romans - qui manifestement, n’a pas eu à souffrir, sur un plan électoral, de son choix d’alors - affirme avoir été convaincu par le fait que si Marques Avenue pouvait prendre des parts de marchés sur le commerce local, cela se trouvait largement compensé par la venue de clients de Lyon, Grenoble et même Marseille. Ce qui s’est effectivement produit.
« Le secteur du commerce à Romans compte aujourd’hui 500 emplois de plus qu’en 1995, avant l’ouverture de Marques Avenue, conclut Henry Berthonet. Le centre de magasins d’usines a contribué pour moitié dans ces créations d’emplois, mais l’autre moitié s’est faite dans des commerces du centre-ville. »
Berty ROBERT


Revue de Presse - Jeudi 5 mars 2009
Article paru sur le site
Le Bien Public


Consulter la revue de presse spéciale Marques Avenue Beaune



labels : magasins d’usine, magasins usine, beaune, bourgogne, cote d’or, marques avenue, marque avenue, centre de marques, destockage, déstockage, magasin usine, village de marques, levernois, concept et distribution, alain salzman, cdec, cdac, jura

A propos de magasins-usine.net