A quoi ressemblera le Viaduc Village de la Cavalerie ?


Revue de Presse


Le futur visage de Viaduc-Village


« Je fais le village, j’ai le permis de construire et je suis en train de choisir l’investisseur. » Michel Troupel, initiateur du village de marques « Viaduc Village» se veut confiant mais n’en dira pas plus sur les investisseurs avec lesquels, il est en contact. « Chat échaudé craint l’eau chaude» et celui qui a soulevé la colère des commerçants millavois et même bien au-delà (lire ci-dessous), a retenu la leçon : « Je n’annoncerai que du concret même si à ce jour plus rien ne gêne à la réalisation de mon projet ».
Michel Troupel fait référence aux nombreux recours déposés après l’acceptation de son projet en C.D.E.C. L’occasion pour lui de faire remarquer que « certains commerçants qui ont déposé des recours contre le projet, ont depuis fermé leur boutique ». Pour autant si plus aucun obstacle ne se dresse à la réalisation du village de marques, il reste l’essentiel à trouver, l’investisseur.
Michel Troupel ne veut rien dire de plus, mais confirme que plusieurs sont intéressés. Pourquoi alors attendre ? « Il faut que l’investisseur accepte les conditions concernant le côté novateur du projet en matière d’environnement » souligne Michel Troupel.
Localisé sur le territoire du Parc Naturel Régional des Grands Causses, proche des Gorges du Tarn mais également dans une région marquée par l’histoire templière et hospitalière « Viaduc Village » sera le premier du genre à s’implanter dans un tel contexte. Comme on peut le voir sur les esquisses, un accent particulier a été mis sur le développement durable avec une priorité aux matériaux de construction recyclables, de l’énergie électrique produite par des panneaux solaires etc ...
Des contraintes qui ne rentrent pas forcément dans le cadre des investisseurs de ce style de structure notamment la société Concepts & Distribution qui a créé l’enseigne « Marques Avenue ». Pour l’heure, Michel Troupel ne veut rien lâcher et a bien l’intention de garder la spécificité de son projet. Désormais, le compte à rebours a débuté puisque l’obtention du permis de construire n’est pas éternelle. En effet le promotteur a trois ans pour donner le premier coup de pioche. Reste donc au promoteur, trois années pour faire sortir de terre «Viaduc Village».
Rififi dans l’Hérault
On se souvient que lors de la naissance du projet de La Cavalerie et après son passage positif en C.D.E.C. plusieurs communes de l’Hérault et non des moindres avaient intenté des recours contre ce projet. Certains d’entre-eux bénéficiant des appuis juridiques de la CCI de Montpellier. Une situation dénoncée à l’époque par le maire de La Cavalerie, Robert Muret. Et certains d’y voir « anguille sous roche », celle-ci vient de se montrer au grand jour. En effet le jour même où Michel Troupel obtenait son permis de construire à La Cavalerie, Georges Frêche dévoilait un projet d’installation de « Marques Avenue » un village de marques qui s’implanterait dans le quartier Odysseum.
Un projet qui est loin de faire l’unanimité dans la capitale languedocienne pusique Hélène Mandroux, maire de Montpellier a dès cette annonce, dit non à cette implantation tandis que le maire de Béziers, Raymond Couderc, tête de liste UMP aux prochaines élections régionales, a lui aussi fait connaître son opposition. Il en faut plus pour arrêter le président du Conseil régional qui indique que si son implantation n’a pas lieu sur la commune de Montpellier, elle se fera sur l’agglomération montpelliéraine sans en préciser le lieu. Quant au promotteur, il annonce déjà la date d’ouverture, le 21 mars 2012, premier jour du printemps. Mais où ? La question n’a pas pour l’instant de réponse.
Jacques Bréfuel



Revue de Presse - Jeudi 16 avril 2009
Article paru sur le site La Journal de Millau



A propos de magasins-usine.net