L'influence et l'impact des Villages de marques


Revue de Presse


Dossier
Plongée dans l'univers des villages de marques



Marques Avenue doit créer un village des marques à Montpellier. L'annonce a été faite fin mars. Connaissant l'intérêt que ce genre de concept rencontre auprès des consommateurs, sachant aussi les polémiques qu'il peut susciter, Midi Libre a voulu faire le point sur l'impact de ce type de centres commerciaux. En se rendant d'abord dans l'un d'eux, installé entre Gérone et Barcelone, en faisant ensuite le point à Troyes (Aube), la capitale française des centres de marques. Puis en donnant la parole aux consommateurs, aux élus consulaires, aux marques de prêt-à-porter. En route.


Pour payer moins, il faut payer de sa personne. Tailler la route - 315 km de Montpellier -, jusqu'à la Roca del Vallès, village niché entre Gérone et Barcelone. Au premier
--> virage après l'autoroute (sortie 12), un autre village, assemblage de dizaines de maisonnettes, est sorti de terre en 1998 : 100 boutiques chics offrent là des étiquettes choc (de - 30 % à - 60 %, voire - 80 % lors de soldes) aux amateurs malins, prêts à dépenser dans cette principauté du tiroir-caisse entre 500 et 700 €. Les marques y écoulent leurs invendus, principalement textiles, des saisons précédentes.

Même dans son architecture, le concept est très étudié. Une galerie marchande à ciel ouvert, sécurisée, s'organise autour d'une rue centrale pavée, dotée de bancs, d'allées proprettes. Le décor est léché, quoique artificiel, copiant même de grands architectes comme Gaudi, et évoquant la fameuse série TV Le Prisonnier. Une poignée de sociétés ont tenté le pari. Ce fut l'effet domino : dopées par la martingale, les plus grandes (Agnès B., Versace...) s'y pressent pour proposer de l'outlet : du dégriffé, dans la novlangue. Comptoir des Cotonniers vient de s'installer et le centre a l'autorisation de s'agrandir.

Dans ce temple de l'avoir, tous veulent en être . Ce village de marques, l'un des neufs du groupe Value Retail, draine, à lui seul, 2,7 millions de clients par an, dont 40 % de touristes. Hugo Boss (femmes) a, nec plus ultra, ouvert une boutique provisoire. Rare. Affairées, les clientes sont incrédules. « Il y a des vestes à moins de 130 € quand il en coûte normalement 660 €... C'est une vraie liquidation qui, en plus, nous fait découvrir une marque de luxe », dit une cliente.

Originaires de Toulouse et Biarritz, en vacances à Rosas, deux couples annoncent : « Pour des fringues basiques et intemporelles, c'est parfait. Certains magasins valent le coup. Dans d'autres, il faut comparer. »

En vacances à Perpignan, originaire de Bordeaux, une famille est au grand complet : ses douze membres s'affairent dans les allées de ce shopping organisé. Méthodiques, Charles, 33 ans, qui travaille dans la finance, et Alexandra, 30 ans, ont prévu d'acheter « une plancha et des chaussures de sport ».

Demeurant à Cahors, en vacances dans une auberge de jeunesse à Barcelone, Adnan, 20 ans et Esther, 18 ans, étudiants, repèrent. Leur budget ? « Ce ne sera pas 1 000 € ! », s'esclaffent-ils.

Nicole, venue du Val-d'Oise, se pose sur un banc d'une aire de jeux pour enfants. « Nous avons un village identique à Marne-la-Vallée. » Son gendre a acheté une chemise de luxe. « Il y a aussi, c'est nouveau, des affaires à faire en vaisselle. L'idéal, c'est d'avoir l'habitude. C'est à se demander quel est le vrai prix des choses... »

En maison secondaire à Rosas, originaires de Vézénobres (Gard), un couple et leurs enfants disent : « C'est sécurisé, pratique et intéressant. Et un nombre important de marques y est concentré. Pas comme à Barcelone. Et puis, il n'y a pas de voitures. » « Ce n'est pas la collection de l'année, mais c'est du moitié prix assuré. Et puis, cela ne fera pas de tort au petit commerce », estime Annick. « Mais ce qui est dépensé ici ne le sera pas dans le petit commerce traditionnel », rétorque son mari, Didier, 43 ans, fondateur d'une boîte d'intérim à Alès. La saison touristique s'amorce. L'affluence ne viendra pas forcément du printemps des musées.

Olivier SCHLAMA

Les Français en masse Le samedi, plus de 21 000 touristes se croisent à la Roca del Vallès, dont une bonne part arrive en bus via l'autoroute (18 millions de véhicules / an) qui dessert Port Aventura (Tarragone) et Barcelone. Ces amateurs sont, en majorité, des Français, en villégiature sur la Costa Brava. Et des Espagnols. « Hors CEE, dit un porte-parole, nous avons des Brésiliens, des Russes, des Asiatiques. Nos clients connaissent bien les marques, la qualité et les prix. »


Revue de Presse - Dimanche 26 avril 2009
Article paru sur le site Midi Libre

Consulter la revue de presse spéciale Marques Avenue Montpellier


labels : montpellier, odysseum, marques avenue, marque avenue, centre de marques, destockage, déstockage, magasin usine, village de marques, magasins d’usine, magasins usine, concept et distribution, alain salzman, cdec, cdac

marques partenaires de Marques Avenue : Sandro, Bel Air, Princesse Tam Tam, IKKS, tara Jarmon, Hugo Boss, Carven, Cafe Coton, Jerem, Le Temps des cerises, Levi's, Teddy Smith, School Rag, Adidas, Nike, Puma, Le Coq Sportif, Reebok, Petit Bateau, Marèse, Jacadi, Catimini, Weston, Emling, Clarks, Manfield, Lancel, Delsey, Le Tanneur, Sequoïa, Seb, Tefal, Calor, Moulinex, Rowenta, Krups…

A propos de magasins-usine.net