Montpellier : la motion du village des marques votées avec réserves


Revue de Presse


Agglo
Village de marques : motion votée avec réserves


Qu'allait faire le maire de Sérignan, Frédéric Lacas, à l'heure de voter ou non une motion s'opposant à la création d'un village de marques à Montpellier, motion souhaitée par le président de l'Agglo Raymond Couderc et présentée jeudi à Sérignan lors du conseil communautaire ? Lacas, le nouvel "ami" de Frêche. Lacas qui s'apprête à accueillir un lycée porté par la Région. Lacas pris entre deux feux bouillants, Couderc et Frêche.
« On s'abstiendra, ce n'est pas dit qu'on rejoigne ensuite d'autres avis... », a-t-il indiqué. Pas dit donc que Lacas ne dise pas amen au village de marques de Frêche. Mais pas dit non plus qu'il ne rejoigne pas Couderc dans sa croisade contre un projet qui pourrait aboutir « à des centres-villes pourris et à des galeries marchandes abandonnées à 200 km à la ronde », estimait pour sa part le président d'Agglo.
Oui mais voilà, Frédéric Lacas n'a « pas encore assez d'éléments, on ne peut pas en débattre correctement, je n'ai pas ton expérience », a-t-il lancé à Raymond Couderc. Face à cette « méconnaissance du dossier », les trois élus de Sérignan se sont abstenus. Tout comme deux élus de Villeneuve, Jean-Paul Galonnier et Arnaud Marty - la troisième, Ariane Soto, ayant voté pour -. Car au-delà du cas Frêche, c'est surtout l'opposition interne à l'Agglo qui s'est réveillée jeudi soir, contestant les méthodes de Raymond Couderc : « On ne fait pas passer une motion que l'on nous donne au dernier moment sous prétexte que le conseil municipal de Béziers l'a votée », commentait en aparté à l'issue du conseil Jean-Paul Galonnier.
Le Sérignanais Jacques Dupin a même carrément renvoyé la pierre dans le jardin du sénateur Raymond Couderc : « Vous êtes législateur. Si la situation est aussi apocalyptique que ça, les parlementaires doivent prendre leurs responsabilités et faire passer un texte de loi » pour interdire les villages de marques.
Ping-pong à la clé version Couderc : « Est-ce que ce n'est pas aux élus locaux d'avoir assez de courage pour dire ce qu'on veut et ce qu'on ne veut pas ? ». Le manque de courage : le président d'Agglo avait déjà utilisé l'argument lors de la fronde anti-impôt agglo. Mais Raymond Couderc a su trouver à ses côtés des gens courageux... Le vice-président et maire de Boujan, Philippe Rougeot, a dit suivre « la sagesse de l'avis des CCI » - opposées au village de marques -, tandis que des soldats biterrois, Gérard Niel et René Pinazza, venaient au secours de leur chef de file.
Quant à Guy Combes, le maire de Valras-Plage, il réussissait l'exploit de se fâcher avec Sérignan et Béziers à la fois... Il votait pour la motion, sur la base de « la défense du petit commerce local » mais a dit « souhaiter qu'on soit aussi attentif quand les grandes surfaces demandent des extensions et que l'on perturbe de fait le commerce local de nos villages ». Allusion à l'Hyper U de Sérignan et à l'Auchan biterrois... Ainsi qu'à leurs maires respectifs.


Arnaud BOUCOMONT


Six conseillers se sont abstenus : les trois de Sérignan, deux de Villeneuve et le Lignanais Alain Peyré, suppléant d'André Pérez-Blanc.


Revue de Presse - Vendredi 1er mai 2009
Article paru sur le site Midi Libre


Consulter la revue de presse spéciale Marques Avenue Montpellier


labels : montpellier, odysseum, marques avenue, marque avenue, centre de marques, destockage, déstockage, magasin usine, village de marques, magasins d’usine, magasins usine, concept et distribution, alain salzman, cdec, cdac

marques partenaires de Marques Avenue : Sandro, Bel Air, Princesse Tam Tam, IKKS, tara Jarmon, Hugo Boss, Carven, Cafe Coton, Jerem, Le Temps des cerises, Levi's, Teddy Smith, School Rag, Adidas, Nike, Puma, Le Coq Sportif, Reebok, Petit Bateau, Marèse, Jacadi, Catimini, Weston, Emling, Clarks, Manfield, Lancel, Delsey, Le Tanneur, Sequoïa, Seb, Tefal, Calor, Moulinex, Rowenta, Krups…

A propos de magasins-usine.net