Où Marques est venu


Revue de Presse


Actu
Où Marques est venu

Démenti. «Manipulation de la presse», «communication mensongère», «instrumentalisation des journalistes», les mots sont lâchés. Suite aux rumeurs sur l’attitude de Marques Avenue vis-à-vis des médias, La Gazette a enquêté.

Objectif de l’opération : savoir si Marques Avenue se sert systématiquement des médias pour emporter l’adhésion. Toujours disponible, sympathique, joignable à toute heure sur son téléphone portable, telle est la relation que le président de Marques Avenue, Alain Salzman, instaure avec les journalistes. Attitude pour le moins inhabituelle, cette technique de communication avait tout pour semer le doute sur l’intérêt réel d’une telle ouverture. Pour en avoir le coeur net, contact a été pris avec les rédactions en presse écrite, audiovisuelle et/ou les commerçants des trois dernières villes où s’est implantée l’enseigne. A savoir, Corbeil-Essonne (2008), Bordeaux (2007) et Cholet (2005).
Un travail de fourmi qui conduit à une certitude : le magasin communique peu de lui-même avec les rédactions. En tout cas, beaucoup moins que les commerçants dont la grogne est nettement plus relayée dans les journaux. Généralement, ce sont les journalistes qui sollicitent le groupe en réponse aux oppositions et inquiétudes. Ce sont les élus qui effectuent finalement le plus fort lobbying auprès de la presse. Que ce soit pour le sénateur-maire de Corbeil-Essonne, Serge Dassault ou encore pour Alain Juppé à Bordeaux, l’implantation a été très bien accueillie par les mairies. Sauf... à Beaune où les réticences sont encore nombreuses malgré l’entrevue Salzman-Suguenot de la semaine dernière.
Contacté, Alain Salzman affirme n’avoir jamais entendu ce genre de bruit ailleurs. « Nous avons toujours noué de bonnes relations avec les médias. Mais cela ne signifie pas que le sujet (Marques Avenue) manipule l‘objet (rédactions). »
Autre rumeur ou plutôt inquiétude, Marques Avenue menace-t-il directement les petits commerces ? Si l’on se fie à ce qui se passe ailleurs, non. A Cholet, Noël Guittet, président des vitrines de Cholet, l’un des meneurs de l’opposition commerçante, reconnaît « qu’il n’y a pas eu de dégâts suite à l’implantation. » Même son de cloche à Bordeaux. Marques Avenue peinerait même à rencontrer le succès annoncé. « Depuis 2005, certains magasins ont déjà changé trois fois d’enseigne », affirme Noël Guittet. « C’est faux, répond Alain Salzman, à quoi bon ouvrir de nouveaux magasins si les premiers ne fonctionnent pas ? »
Bref, remise à zéro du compteur des rumeurs côte d’oriennes et négociations toujours au point mort.

Marion Perroud




Revue de Presse - jeudi 19 mars 2009
Article paru sur le site
La Gazette Côte d'Or


Consulter la revue de presse spéciale Marques Avenue Beaune



labels : magasins d’usine, magasins usine, beaune, bourgogne, cote d’or, marques avenue, marque avenue, centre de marques, destockage, déstockage, magasin usine, village de marques, levernois, concept et distribution, alain salzman, cdec, cdac, jura

A propos de magasins-usine.net